La comédienne actrice


1 rue du Caussanel.

Jouer dans un film, faire du cinéma, ça a été comme un cadeau de noël. Stéphane ne me jugeait pas.  Il ne me mettait pas mal à l’aise. J’étais rassurée par sa présence, je pouvais me reposer sur lui. Autrement, j’étais perdue. Je n’ai pas compris le sens des dialogues, mais je savais qui était cette femme. À l’origine, on a tout en nous pour jouer les personnages, il faut aller les chercher. Je n’arrivais pas à m’emballer, j’étais dans un état de panique permanent. Nous avons dû faire un effort pour chercher les personnages. Nous étions dans cet état d’esprit. Nous avons la vérité de ces personnages en nous. Nous avons été les chercher avec sincérité.

Bang public.

Le choix de la pièce a été conditionné par le coup de foudre que j’ai  en lisant les mots, les jeux de mots, les mots bien trouvés. J’ai aimé les chutes, la fin de chaque scène, la conclusion de la pièce. Nous avons fait, nous-même la mise en scène. J’avais une vision du spectacle. Je voyais cette bourgeoise qui s’est  envoyée en l’air en lisant la pièce. Avant de jouer, je me dis « pourquoi fais-tu ça ? », puis le doute disparaît.

Sophie Barbero